Retour sur le Marché d’Art il y a 10 ans…

Les 24 et 25 mai prochain, peintres, sculpteurs, photographes… exposeront dans les places et ruelles de notre village à l’occasion du 19ème Marché d’Art de La Perrière.
Nous avons retrouvé dans nos archives un article paru dans le n° 4 de Pays du Perche à l’occasion de la 10ème édition de cet incontournable rendez-vous artistique. C’était il y a presque 10 ans…

Le Studio La Rivière

Le saviez-vous? A La Perrière, à cheval sur la commune de Montgaudry, se trouve le premier éco-studio d’enregistrement et de résidence d’artistes dans l’Orne et la Basse-Normadie, le Studio La Rivière.
Les artistes sont souvent à la recherche d’un environnement créatif, de musiciens compétents, d’une équipe de compositeurs, d’auteurs, d’arrangeurs ou de réalisateurs. Ils trouveront au Studio La Rivière toutes ces prestations sur un site exceptionnel, propice à leur concentration et leur inspiration.
Pour plus d’infos : http://www.studiolariviere.com/
oliphil studiolariviere

La Fille Electrique, le livre

La File electrique72dpi

1846, un soir de janvier. Non loin du bourg de La Perrière, à deux pas du vieux château de Montimer, le modeste hameau de la Muserie veille. Chez la veuve Loisnard, on fait du filet au coin du feu. Soudain, un guéridon se soulève.

Des cris d’épouvante fendent une nuit étrange…

Commence l’incroyable histoire d’Angélique Cottin qui met en émoi le village, puis la région entre Mamers, Mortagne-au-Perche et Bellême. Certains accusent la gamine de sorcellerie, d’autres invoquent des phénomènes inconnus. Notables, médecins, badauds accourent par centaines. À Paris, où Angélique est transportée, François Arago, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences fait part de son intérêt. Mais les beaux esprits sont partagés. Dans les journaux de l’époque, et par la suite, l’affaire de la « Fille électrique » défraie la chronique…

Ce livre est le premier à être intégralement consacré non seulement à l’énigme, mais aussi au véritable destin de cette petite percheronne dont on a affirmé pendant longtemps qu’elle s’était suicidée en se jetant dans la Seine… alors qu’elle a poursuivi sa vie dans l’oubli des humbles gens.

Si vous souhaitez en savoir plus, le journaliste et écrivain, Michel GANIVET a écrit un livre passionnant retraçant la vie d’Angélique COTTIN : « La Fille électrique, sorcellerie, occultisme, mystification ? Une énigme et une controverse sous la Monarchie de Juillet », Collection Mémoire du Perche, 240 pages.
Il est encore disponible au prix de vente de 14,50 euros, port compris. (chèque bancaire à adresser à l’ordre de Michel GANIVET, 18 rue de Montgacel, 61400 LE PIN-LA-GARENNE. L’ouvrage vous sera adressé par retour.)

La Fille Eléctrique, l’article de Pays du Perche

1846, un soir de janvier. Non loin du bourg de La Perrière, à deux pas du vieux château de Montimer, le modeste hameau de la Muserie veille. Chez la veuve Loisnard, on fait du filet au coin du feu. Soudain, un guéridon se soulève. Des cris d’épouvante fendent une nuit étrange…Commence l’incroyable histoire d’Angélique Cottin…
Retour sur cette énigme avec un article de Michel GANIVET publié dans Pays du Perche 8 de décembre 2007.